Un retour à long terme - Le tourisme post-covid-19

L'état de l'industrie touristique viennoise peut être décrit comme un effacement complet, avec une diminution de 98,2% des nuitées en avril. Frans-Jan Soede, PDG et fondateur de HAM, conseillers indépendants en matière d'hospitalité et de tourisme, donne ses pronostics sur l'industrie du tourisme après la crise.

La version allemande de cet article a été publiée à l'origine dans le magazine ImmoFokus. Interview réalisée par Amelie Miller. Texte, photos et copyright par Real Estate Media Group / Katharina Schiffl.



AM : Comment les grandes villes peuvent-elles atteindre un niveau acceptable d'occupation hôtelière d'ici 2021 ?

FJS : Les établissements d'hébergement n'existent pas dans le vide. Les hôtels et les auberges dépendent du niveau d'activité des autres industries pour atteindre leur taux d'occupation et, par conséquent, maîtriser leurs coûts. L'une de ces industries est celle du voyage, plus précisément celle du transport aérien qui joue un rôle crucial au niveau national, international et mondial. Un autre impact important sur les établissements d'hébergement est la santé des installations touristiques locales dans les différentes destinations.

Pour qu'un hôtel puisse survivre à long terme, il doit atteindre un taux d'occupation annuel d'au moins 50 %. Compte tenu de la surcapacité actuelle, on s'attend à ce que de nombreux hôtels doivent fermer. En plus de l'offre existante, il existe une réserve massive de nouveaux projets. Rien qu'en Autriche, 94 hôtels sont en projet.

À l'avenir, la question de savoir comment nous pouvons utiliser les hôtels pour une autre utilisation sera plus centrale, car les capacités actuelles ne seront pas utilisées pendant longtemps.

Les hôtels pourraient très bien être convertis et utilisés comme des concepts de micro-vie ou de vie pour personnes âgées. Les hôtels 25hours, par exemple, ont lancé des promotions pour attirer les clients de longue durée et ont loué leurs chambres comme bureaux pendant la période de fermeture. Achat Hotels ont transformé 10 % de leurs chambres dans des destinations sélectionnées. Compte tenu des dernières indications, ils prévoient de maintenir cette constellation à l'avenir.

Une autre question était de savoir si les hôtels pouvaient être utilisés à des fins médicales. Au cours du premier semestre de l'année, nous avons vu des hôtels en Californie et en France être transformés en hôpitaux et fournir la capacité supplémentaire de lits nécessaire pendant la pandémie.

AM : Selon une enquête de l'Institut Gallup, la crise actuelle a un effet notable sur l'Autriche. La Carinthie, Salzbourg et la Styrie sont des destinations de vacances très prisées. Y a-t-il un risque d'une baisse de 50 % ou plus dans ces destinations ?

FJS : Je vois une grande opportunité pour le tourisme local à l'avenir. Après l'assouplissement des restrictions de voyage, on s'attend à ce que les gens commencent à voyager. Au cours de la première période, les voyages locaux et régionaux devraient reprendre, tandis que les voyages sur de plus longues distances seront soumis à l'évolution de la crise. Les mots clés de la prochaine période seront l'accessibilité et la sécurité. C'est précisément pour cette raison que les destinations de loisirs et de vacances sont bien placées pour profiter de ces changements. Les voyages intérieurs et régionaux saisonniers connaîtront probablement une renaissance en été. Il existe un certain nombre de stations balnéaires bien positionnées dans les pays voisins, tels que la Hongrie, la Slovaquie et la République Tchèque.

AM : Les hôtels autrichiens sont autorisés à reprendre leurs activités le 29 mai. Pour l'instant, la demande semble faible. Comment voyez-vous le développement des marchés émetteurs (inter)nationaux ? Comment pensez-vous qu'ils auront un impact sur l'industrie de l'hébergement ?

FJS : Nous prévoyons l'évolution suivante sur les marchés des voyages internationaux : Nous estimons que l'Europe, y compris les PECO, connaîtra une baisse de 75 %. Le nombre de voyageurs devrait augmenter d'année en année, mais nous ne pensons pas pouvoir parler d'une nouvelle normalité avant 2024. Nous pensons qu'en 2021, l'Europe pourrait limiter les pertes à 60 % (sans les marchés de l'AEM et de l'Asie-Pacifique). L'année 2022 verra probablement une reprise des marchés du voyage en Asie-Pacifique, avec une réduction par rapport aux chiffres précédents d'environ 45 %. 2023 pourrait entraîner l'ouverture des marchés d'Amérique du Nord et du Sud, faisant passer l'Europe à 35 % en dessous des chiffres de 2019. D'ici 2024, le niveau devrait être inférieur d'environ 15 % à celui de 2019, ce qui constituerait la nouvelle base de référence ou la nouvelle norme, si vous préférez.

Pour l'instant, la demande n'est pas assez importante pour justifier la réouverture de certains hôtels. Rationnellement, seuls les établissements disposant d'une forte liquidité et d'une bonne position sur le marché peuvent se permettre d'ouvrir à nouveau leurs portes.

AM : La crise a mis en lumière l'importance de la numérisation. En Allemagne, par exemple, les visiteurs peuvent s'inscrire à l'aide d'un système de fiches d'inscription numériques. Comment la numérisation peut-elle contribuer à une meilleure communication sur la santé et la sécurité des clients et des employés dans les activités quotidiennes des hôtels ?

FJS : La numérisation est un must. Ce qui a commencé par des check-in et cjeck-out sans contact peut maintenant être appliqué aux normes d'hygiène. Il est important de renforcer les ventes directes. La communication avec les clients avant, pendant et après le séjour sera de plus en plus importante. Outre le fait de renforcer la confiance des hôtes, de telles procédures peuvent permettre d'économiser du temps et de l'argent. La possibilité de mettre en place un check-in numérique permet d'économiser environ 100 millions d'euros par an rien qu'en Autriche.

AM : L'agence autrichienne du tourisme a lancé une campagne de promotion du tourisme intérieur. Quels concepts hôteliers et touristiques fonctionneront bien à l'avenir et lesquels ne fonctionneront pas ?

FJS : En général, les voyages de groupe en souffriront. Cela est principalement dû au fait que les normes d'hygiène et la distance sociale sont difficiles à maintenir avec des groupes plus nombreux. Ce qui fonctionnera certainement bien à l'avenir, ce sont des concepts budgétaires bien définis, comme les hôtels B&B, Ibis et diverses auberges de marque avec des unités privées. Le luxe haut de gamme est également susceptible de récupérer et de rester intéressant pour les clients et les investisseurs. Les plateformes en ligne se réinventent également. TUI et booking, par exemple, ont établi des coopérations avec des tour-opérateurs et proposent diverses activités et excursions.

AM : Faible taux d'occupation, pertes financières importantes. À quoi pourrait ressembler la restructuration à long terme du financement et des contrats de location et de crédit-bail ?

FJS : La communication est essentielle ici. Toutes les parties prenantes, y compris l'opérateur, l'investisseur, le promoteur et les créanciers, doivent penser de manière réaliste et pragmatique. Ils doivent communiquer régulièrement et discuter de la progression des réservations et des conditions du marché afin d'évoluer lentement mais sûrement vers une nouvelle normalité.

AM : 2019 a vu 1,25 milliard d'euros changer de mains dans les transactions hôtelières. Aujourd'hui, en Autriche, 94 hôtels sont en projet. Qu'adviendra-t-il des développements actuels et futurs ?

FJS : Les hôtels en construction seront terminés. Il y aura très probablement des projets en phase de planification qui seront annulés ou suspendus. Les décisions dépendront des priorités, de la liquidité des parties prenantes ainsi que de la volatilité du marché.

AM : A quoi ressemble une exploitation hôtelière conforme au Covid-19 après la réouverture ? Ces normes sont-elles viables à long terme ?

FJS : Les hôtels et les groupes hôteliers ont pris cette question au sérieux et ont renforcé les normes d'hygiène. Beaucoup d'entre eux ont établi des coopérations avec des partenaires externes en matière d'hygiène pour garantir le niveau des normes et minimiser les coûts. Certains labels ont été créés afin de donner aux clients un sentiment de sécurité plus élevé, comme "Clean IHG Promise" d'Intercontinental et "Clean Stay" de Hilton. Falkensteiner a mis au point de nouvelles normes d'hygiène avec Diversey pour ses espaces de spa et de bien-être.

AM : Quelle a été l'ampleur de l'impact de la crise sur les opérateurs ? Comment peuvent-ils réagir ?

FJS : Les opérateurs ont probablement été les plus touchés, car ils sont très dépendants de la situation économique et des activités des autres industries. Cependant, ils peuvent aussi être les responsables de la résolution des problèmes, car en plus d'avoir un contrôle total sur les opérations, ils sont ceux qui sont directement liés à l'industrie du tourisme. Si les opérateurs manquent de ressources, des conseillers externes ou des gestionnaires d'actifs peuvent leur apporter leur aide.

AM : Du point de vue d'un promoteur, quels sont les scénarios spécifiques au marché pour les ouvertures de 2020 et 2021 - en particulier dans les PECO ?

Une vague de consolidation est attendue, et de nombreux projets seront mis en attente. Dans les PECO, la surcapacité des lits à Budapest, Prague et Bratislava constituera un formidable défi. Vienne, Salzbourg et d'autres villes d'Europe occidentale se redresseront probablement plus rapidement. En Europe de l'Est, la reprise du tourisme d'affaires est importante. L'hôtellerie en tant que classe d'actifs perdra probablement de sa popularité pendant un certain temps, mais en raison de la consolidation attendue, elle offrira toujours des rendements plus élevés que les autres classes d'actifs.

L'industrie du tourisme et de l'hôtellerie est une industrie résistante. Le Covid-19 ne sera pas la fin du voyage. Le désir de découverte de l'humanité à l'échelle mondiale va continuer à stimuler l'industrie.

HAM independent hospitality & tourism advisors

Liniengasse 2a/5 1060, Vienna, Austria

office@h-a-m.at

+43 1 33 66 99